Collagène alimentaire : absorbé ou digéré? 13/03/2020 – Posté dans: Produits et Mécanismes – Tags: , , , , , , , , , ,

Collagène liquide - complément alimentaire antiride

Les compléments alimentaires au collagène sont souvent critiqués, car l’idée que le collagène est directement digéré est très répandue. Par conséquent, prendre des compléments alimentaires avec du collagène serait inutile. En réalité, il n’est que partiellement digéré et pénètre principalement dans les cellules sous forme fragmentée, comme le montre cette publication récente.

Des recherches scientifiques que nous aborderons plus tard, montrent clairement que la consommation de collagène alimentaire a des résultats bénéfiques sur l’organisme.

Au delà d’un simple apport, la consommation de collagène amène également le corps à en augmenter sa propre production. Au niveau de la peau, les cellules souches du derme, appelés fibroblastes, vont reconnaitre les peptides ou fragments de collagène digérés. Ces cellules réagissent comme si ces fragments résultaient d’une dégradation ou d’une digestion. Et donc, en réponse à ce « faux » signal de dégradation, elles se mettent à produire plus de collagène. Les cellules cutanées reconstituent ainsi les stocks de collagène perdus à cause du processus de vieillissement et du stress environnemental.

Pour choisir son collagène, il faut intégrer 2 éléments clés: le type de collagène et sa source. De surcroît, il faut le choisir en fonction des effets escomptés.

Une molécule prépondérante dans le corps humain.

Le collagène est la protéine la plus abondante du corps humain. Il est présent dans la peau, les articulations et les tissus conjonctifs. Il constitue entre 25 et 30% des protéines totales du corps humain et jusqu’à 80% des protéines de la peau. Il fournit à la peau sa solidité, sa cohésion, son élasticité et assure le remplacement des cellules mortes d l’épiderme. Sa complémentation et la stimulation de sa synthèse sont donc très importantes pour l’organisme en général.

Dès l’âge de 20 ans, il diminue de 1% chaque année. A l’âge de 50 ans, la plupart des individus ont déjà perdu environ 50% de collagène. En conséquence, la peau devient moins souple, manque de fermeté et se flétrit. Elle devient plus fine et donc, la cellulite apparaît, même sur un corps mince.

Sa consommation est d’autant plus importante pour la peau de par le fait que cette dernière se régénère en 27 jours seulement. Il contribue non seulement à son élasticité, mais aussi à son hydratation.

Des bénéfices allant de la peau aux articulations.

Le collagène améliore la souplesse de la peau et diminue les rides. Il est aussi important pour les articulations et a un effet favorable sur la guérison et la prévention des blessures sportives. Sa consommation lutte aussi contre l’arthrite.

Les Différents types de collagène et leurs bénéfices.

Parmi 30 types de collagènes, les plus connus et les plus importants sont les types I, II et III.

Premièrement, le collagène de Type I est le plus abondant dans le corps humain. Il se trouve notamment dans la peau les tendons, les os, les dents et les yeux.

Ensuite, le collagène de Type II est plus abondant dans le cartilage.

Finalement, le collagène de Type III est le 2ème plus abondant dans le corps humain. Il se trouve dans les muscles, les vaisseaux sanguins et les intestins. Il est aussi un composant clé de la matrice extracellulaire, le ciment qui tient les cellule ensemble, et dont la souplesse donne son élasticité aux organes incluant la peau.

Les collagènes de type I et III se trouvent souvent simultanément, notamment lorsqu’ils sont issus de la peau de bovins ou de poissons.

Des effets croisés : Il est intéressant de noter que le collagène de type II, essentiellement présent dans le cartilage, peut avoir un effet bénéfique sur la peau. Inversement, le collagène de type I essentiellement trouvé dans la peau joue aussi un rôle dans la régénération articulaire. La raison vient de la digestion des protéines en peptides. Les peptides d’un certain type de collagène sont ainsi utilisés comme briques pour en construire un autre.

D’où vient le collagène utilisé dans les compléments alimentaires?

En général, le collagène de type II vient d’une source bovine, tandis que celui de type I et III vient d’une source marine. Mais en fonction de la partie du corps de l’animal que l’on utilise, cela peut changer. On trouve par exemple du type 2 dans le collagène marin, le cartilage de requin est un exemple. D’autre part, on trouve du type 1 et 3 dans le collagène bovin, lorsqu’il est issu de la peau. Il est donc important de vérifier quels types sont présents dans votre complément alimentaire.

Comment choisir la meilleure source de collagène?

En fait, cela dépend des effets que vous souhaitez ou de la partie du corps que vous souhaitez suppléer. Selon si l’on souhaite améliorer l’état de sa peau ou ses articulations, le choix va différer.

Quelle est la meilleure source de collagène pour la peau?

Parlons d’abord du type de collagène. Nous avons écrit plus haut que les collagènes de type I et III sont les plus importants pour la peau. La source la plus commune est le collagène marin. Cette étude a démontré que le dosage optimal de collagène marin est de 10 grammes pour la peau. Donc, si vous choisissez du collagène marin, assurez-vous que cette dose soit respectée. A défaut, vous n’obtiendrez pas les effets escomptés.

Il existe une autre forme de collagène hydrolysé de type I et III de peau de bovins appelée Verisol®. Elle s’est avérée plus efficace que le collagène marin.

Le Collagène Verisol®, La trouvaille pour la peau?

 Le Vérisol® est plus efficace que le collagène marin parce qu’il est mieux absorbé. Comment cela se fait-il ? En fait, ce type de collagène, communément appelé hydrolysat de collagène, subit un processus unique de fragmentation ou d’hydrolyse. Notre corps l’assimile donc beaucoup mieux que les autres sources. Ce qui amène aux résultats les plus probants sur la peau.

En effet, des études cliniques ont démontré que le Vérisol® a des effets favorables sur la peau, les cheveux et les ongles. Le dosage des études cliniques est de 2.5 grammes par jour.

Par rapport à la peau, la consommation de Verisol® sur 8 semaines a permis une réduction des rides de 32% comparé aux placebos. De sucroît, le collagène cutané a augmenté de 65%, et l’élastine de 18%. Ensuite, une augmentation significative de l’élasticité de la peau a été mesurée après seulement 4 semaines !

Par ailleurs, l’effet collatéral est non des moindres: le Vérisol® est un excellent moyen pour lutter contre la cellulite. En effet, une étude de 2015 a montré des effets bénéfiques de ces peptides sur la morphologie de la cellulite. Les résultats ont montré une claire diminution de l’aspect de peau d’orange en 6 mois.

Le Vérisol® a aussi une action bénéfique sur les ongles. Il accélère leur pousse. La consommation de Verisol® sur 3 mois mène à une diminution des cassures de 42%. Les irrégularités des coins des ongles ont aussi diminué de manière probante.

Finalement, le dosage optimal du Verisol® devrait être d’au moins 3 grammes, pour un produit unisex, comme les études étaient sur des femmes, plus légères.

Quelle est la meilleure source de collagène pour les articulations?

Le collagène de type II est la forme la plus présente dans les articulations. C’est pourquoi il est le plus recommandé. Ses effets bénéfiques contre l’arthrite sont d’ailleurs démontrés depuis plusieurs décennies.

Il est intéressant de noter que le collagène de type I a aussi un potentiel contre l’arthrite.

D’autres molécules naturelles semblent plus prometteuses que le collagène. Elles devraient donc être prises sous forme de complément alimentaire en conjonction avec ce dernier.

La recherche montre qu’une source de membrane de coquille d’oeuf « Ovomet® » améliore les symptômes d’arthrite. Elle contient notamment du collagène parmi d’autres composants essentiel des tissus articulaires. Parmi ceux-ci: l’acide hyaluronique, la chondroïtine, le glucosamine et l’élastine. Elle semble plus efficace que le collagène seul, malgré la faible dose apportée.

Pour un complément alimentaire contre les douleurs articulaires, il est aussi important d’inclure des anti-inflammatoires naturels tels que la boswelia et le curcuma.

Nous avons notamment inclus de l’ovomet®, et ces anti-inflammatoires dans notre complément alimentaire pour les articulations.

Notre complément alimentaire de collagène pour la peau.

Notre Collagen Complex renforcé à la silice contient du verisol. Nous en avons inclus 3.3 grammes comme les études cliniques à 2.5 grammes étaient sur les femmes. Nous utilisons du silicium stabilisé par la choline car cette forme de silice est hautement absorbable et confère un effet synergétique. En effet, elle stimule la synthèse de collagène cutané. De surcroît, elle augmente aussi la résistance des cheveux à la traction ainsi que leur diamètre. D’ailleurs, une corrélation entre un diamètre augmenté et la réduction de la chute a été établie. Ensuite, la silice augmente aussi la force et la pousse des ongles ainsi que la minéralisation osseuse. Finalement, nous avons rajouté de la vitamine C, car elle est impliquée dans la biosynthèse du collagène. Sa source est l’acérola, dont la vitamine C est mieux absorbée que l’acide ascorbique seul.

Autres bénéfices du collagène alimentaires.

Il est clairement établi que densité osseuse peut être améliorée par l’apport de vitamine D3 et de calcium améliorant son absorption. Cependant, le fait que la consommation de peptides de collagène contribue à une amélioration de la densité osseuse est moins connu. Il est à noter que les mesures se sont faites sur une année, à un dosage de 5 grammes par jour.

La recherche suggère que le collagène alimentaire peut également promouvoir la synthèse musculaire après l’exercice. Cette étude clinique montre notamment une augmentation de la force et de la masse musculaire.

Comment optimiser son absorption?

Il est préférable de le consommer à jeun, sur un estomac vide, pour favoriser son absorption. C’est d’ailleurs le cas de beaucoup de compléments alimentaires. L’avantage est que le collagène n’est pas corrosif pour l’estomac. Suivant le produit, il se trouve avec des ingrédients plus difficiles à digérer. Si ces dernier causent des maux d’estomac, nous conseillons simplement de consommer le complément alimentaire avec de la nourriture. Cette dernière ne va pas empêcher l’absorption, mais juste la diminuer.

Les compléments alimentaires de collagène incluent souvent de la vitamine C, comme cette dernière joue un rôle dans sa biosynthèse.

Certaines sources en ligne prétendent que le collagène de type II ne doit pas se combiner au collagène de type I et III. La raison avancée est que l’agrégation des peptides de différents types ne serait pas reconnue par les cellules et n’induirait donc pas à la production de néo collagène. Il n’y a aucune base scientifique par rapport à ces assertions. Nous ne déconseillons donc pas aux consommateurs de mélanger différente sources et types.

Il est important de noter que le collagène a un effet hydratant. Il est donc très important de boire suffisamment afin de bénéficier d’un résultat optimal. La consommation journalière de 3 litres d’eau pour les femmes et 4 lites d’eau pour les hommes est souvent conseillée. Les résultats de la consommation de 3 litres d’eau, sans autres changements apparents, sont qualifiés de miraculeux d’après cet article du Cosmopolitan. Les mêmes conseils s’appliquent d’ailleurs à la consommation d’acide hyaluronique qui peut retenir jusqu’à 100 fois son poids en eau.

Sources alimentaires.

La gélatine est une forme de collagène hydrolysé. L’industrie alimentaire l’utilise comme épaississant, mais on la consomme aussi sous forme de supplément alimentaire.

Le bouillon d’os est aussi riche en collagène. On lui confère également de multiples propriétés curatives.

Ces deux aliments ont notamment une longue réputation pour leurs bienfaits sur les articulations.

Valeur nutritionnelle et structure moléculaire.

Le collagène est une protéine. Les protéines contiennent environs 4 calories par gramme. Les protéines en général sont un excellent complément alimentaire pour le sport. Celles de collagène en particulier ont l’intérêt de directement fournir au corps des séquences d’acides aminés impliquées dans la trame des tissus de soutien.

Comme toute autre protéine, il constitue une chaine d’acides aminés. Les acides aminés principaux sont la glycine, la proline et l’hydroxyproline, dérivée de la proline.

L’acide aminé le plus présent dans le collagène est la glycine. Le corps l’utilise pour former du glutathion, l’une des enzymes antioxydantes les plus importantes. La glycine joue aussi un rôle dans la synthèse de la créatine. La recherche à notamment démontré que la glycine avait un effet favorable sur le sommeil.

Des motifs de 3 polypeptides attachées les uns aux autres forment une longue chaine de protocolagène ayant la forme d’une hélice. Ensuite, le collagène est formé par l’agrégation de molécules de protocolagènes en fibres.

Les Autres types de collagène, leurs localisations et leurs fonctions.

Collagène de type 4 : se trouve dans les lames basales. Un assemblage de protéines extracellulaires qui soutient les cellules musculaires et épithéliales

Collagène de type 5 : se trouve dans les tissus conjonctifs et s’associe au type 1

Collagène de type 6 : se trouve dans les tissus conjonctifs et s’associe au type 1

Collagène de type 7 : se trouve dans les lames basales

Collagène de type 8 : se trouve dans les cellules endothéliales qui forment la couche la plus interne des vaisseaux sanguins

Collagène de type 9 : se trouve dans le cartilage et s’associe au type II

Collagène de type 10 : se trouve dans le cartilage sous forme minéralisée

Collagène de type 11 : se trouve dans le cartilage

Collagène de type 12 : interagit avec les collagènes de types I et II

Collagène de type 15 : se trouve au niveau de la lame basale des muscles

Collagène de type 17 : se trouve au niveau de l’épiderme et favorisent son adhésion à la lame basale

Collagène de type 18 : joue un rôle d’ancre au niveau des lames basales

Collagène de type 20 : ressemble au type 6

En conclusion, les différents types de collagène jouent un rôle de soutien moléculaire, afin de donner une élasticité et une solidité à différents tissus.

Autres utilisations du collagène.

Les chirurgies cosmétiques et reconstructives utilisent le collagène pour la reconstruction des os, la production de prothèses, ou le remplissage des rides.

La médecine régénératrice utilise ainsi des échafaudages de collagènes afin d’y faire croître différentes cellules souches pour produire du tissus cutané et osseux in vitro. Cette étape joue donc un rôle clé dans le traitement de grands brûlés ou d’accidentés de la route.

Notons qu’ils y a aussi des approches in vivo. En effet, des fibres de collagène sont placées dans la blessure et permettent aux cellules de migrer et réparer les tissus endommagés.

Un complément alimentaire à ne pas négliger.

En conclusion, le collagène est une protéine essentielle. De surcroît, il est bel et bien absorbé lorsqu’il est consommé oralement et a de multiples bénéfices de la réduction des rides à l’amélioration des symptômes d’arthrose.

Sur la base de ces données scientifiques, Advance Formulas vous propose son « Collagen Complex », le collagène liquide au plus haut pouvoir de lutte contre les rides du marché. Vous pouvez le commander directement sur notre boutique en ligne en cliquant ici.

Vous pouvez aussi découvrir nos conseils sur les compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique et leurs synergies avec le collagène dans notre article du 20 janvier.